about

piloophaz Rhône-Alpes, France

HIP-HOP AKTIVIST SINCE 1997

contact / help

Contact piloophaz

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Un dernier regard en arrière feat.WARWIK
Le besoin de compagnie, de l’épaule de l’âme sœur comme toi j’y subviens,
Ancienne mauvaise manie, mordre à l’hameçon des ladys qui sucent bien,
Souvient toi c’est comme dans le rap y’ la forme et le fond,
Combien de fois l’un de mes semblables confondit ce sentiment et le fion ?
Défions l’amour, ainsi que ces putains de branlés qu’il nous flanque,
Posons-nous la question une fois largué vraiment qu’est ce qui nous manque,
On mendie l’affection, tout comme communs des mortels,
Eternelle réflexion sur les invites de ces corps en dentelles.
Dans de telles situations, l’alcool sert au collé serré,
Détendre les nerfs par l’érection n’implique pas la bonne piste flairée !
Même ferrées certaines juments gardent leur instinct sauvage,
Je peux plus blairer celles qui romancent afin de mettre fin à leur sevrage.
La seule rage, la certitude d’avoir été berné,
Cette seule trace travestit l’attitude et force à hiberner.
L’hiver naît d’un été suivit d’une saison morne,
Nouvelle éclosion car aujourd’hui la raison m’orne.

Un dernier regard en arrière, mon cœur explose les barrières,
Finit ce temps d’un avenir aux relents de naguère,
La guerre que se livrent deux passionnés,
Une page de plus dans ce livre l’heure n’a pas sonnée.

Tant de moments passés à se morfondre en vain,
Tant de tristesse amassé comme un calcul s’enfonçant dans le rein.
Alors que c’était rien, elle ne valait pas le coup qu’on se pende,
Sur ce terrain là l’objectivité de mes potes me le fit comprendre,
On pense tout savoir, on se persuade de la dépendance, odeurs suaves,
Le sexe se mue en danse, on se perd dans les nuages,
La nuance, l’amour et le sexe n’ont pas les mêmes ailes,
Même si je te vexe, la confiance ne descend pas du septième ciel.
Track Name: Valeurs éthérées
Je sais pas comment c'est chez vous, mais ici c'est chelou
Et faire du rap, pour un gars comme moi je t'assure que c'est relou!
I walk alone in the valley of death,
C'est le mic au creux de ma paume que j'assène mon manifeste!
Un larsen qui émane et reste, faire ce que je fais c'est pas l'Everest!
Dans ce milieu, ne compte pas les vestes, persiste et ne vends pas tes fesses,
Quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse, je n'ai qu'un besoin c'est qu'on me confesse,
La motivation fait qu'on trace, même blessé c'est notre compresse,
Et toutes ces notes qu'on presse sur disque à 500 exemplaires,
Ca me suffit, j'ai un boulot fixe pour faire mes emplettes!
Car en fait," j'en ai jusque là", mais pas dans la pratique,
J'en ai besoin alors "juste fait là" et je reste pas apathique,
Même si en son sein, rien n'y est sympatique, non,
Et dans un sens si on le changeait ça serait la panique!
Pour tous ces blair', qui prirent trop de mauvaises habitudes c'est clair,
Trop épris par la tune, seul face à elle, leurs yeux s'éclairent.

Est ce que chez vous le racisme est un précepte de base,
On ne kife pas les faces de craie ici comme peut l'être Dabbaz!
"Sale blanc" c'est souvent que tu te le prends dans les dents,
Et ça s'applique à bien d'autres gens, la connerie de beaucoup aidant,
S'ils le pouvaient, ils feraient un génocide chez les homos,
Qu'on les défende ça gêne aussi, on m'a menacé pour ces mots,
Mais c'est ma faute, ça m'apprendra à parler sur les autres.
Le Hip-Hop est une bâtisse où je diffère de tous les hôtes,
Les ondes interfèrent avec ma vision du truc,
Le Hip-Hop s'auto-détruit, j'y suis heureux en tant qu'intrus
Intrigué par l'idée que je me faisais de l'unité,
Il fut un jour où je l'eus quitté, esprit de compet', j'aime l'équité.
Faire de la zik et l'éditer, l'industrie je veux l'éviter,
Mes galons, les mériter même si mon style est limité,
L'important est de pas s'imiter en faisant de l'action de proximité,
Seuls mes proches s'identifient, pas de démago de la chaîne Hifi.

J'emmerde le rap, étant son principal détracteur,
Je lui ai tendu la main, je n'ai reçu que des claques de tous ses acteurs
Césarienne musicale, accouchement douloureux,
Je reste cloîtré dans mon bocal, qu'il garde ce putain de mouvement pour eux.
Track Name: Défoncé (s) feat.REDBONG
Je croise le danou et le cray, qui m'embringuent dans une soirée où
Phazpiloo est scred, jusqu'au moment où il boit des coups.
Les coudes sur le zinc, écoute zink je te reçois plus 5 sur 5
je déambule sur le son, vas donc m'accrocher sur le cintre.
Sur le saint patron des buveurs, j'ai calmé l'alcool,
j'en veut pour preuve, maintenant il me faut que trois bières pour te traiter de salle conne.
Al bundy des campagnes, je crache sur le vin et le champagne,
donnes moi un jacoozy que je puisse m'éxhiber sans le pagne.

Ca sent pas la rose, j'ai une halène de fox terrier.
Qu'est ce qu'on arrose, j'aimerais bien le savoir afin de ne pas être dernier.
L'ernie du coude c'est pas pour ce soir, au grand plaisir du pourceau,
un petit coup de poire et tout à coup l'humour est plus lourdo.
Sur le dos, j'ai les mecs que comme un ptit con j'ai cherché,
sans compté les pélos qui jouent depuis 20 mn à chat perché.
Je vais verser, tacher ce calçon acquis à la redoute,
mais on me la fait pas tu sais : c'est interdit à la retouche.

Cartouche ou carpette, l' odeurs louches c'est moi car je pete.
Adoucit par le pet, mon regard s'être fait plaqué par le net.
Les manettes ont changé de mains, attendez demain,
et la grande gueule que je suis ce soir, oui, vous l'endrez moins.
Témoins de mon abérance, mes comparses se moquent, de ma totale errance,
sur cette piste devenue ma seule adresse de log.
Deux loques me rejoignent afin de former le trio gagnant,
le faim m'empoigne, putain j'ai qu'une envie : un pain bagnat !
Track Name: Causette entre misérables feat.TRAUMA
Verbal vince carter dans un boui boui de paternes,
on met nos tripes à terre, on mène notre trip à terme.
Je materne mon art comme un serf, sa terre et son monarque,
mais les sombres remarques à terme, atterrent ceux qui désirent détendre mon arc.
On nargue avec nos cross over comme Tim sur le parquet,
nostalgique de tous les scores que mon ex team marquait.
On deal au black market, des disques qui ont la frite même en petite barquette,
car je kiffe chaque tape comme Patricia Arquette.
Ma requête , que celle de chaque être humain soit entendue,
que soit rendu cette liberté de parole, sinon ça sera tendu.
Je prends du recul et reste hardcore pour tous les autres,
Piloophaz enduit son mic d'introspection pour tous les nôtres.
Les notes de ma vie dissonnent parfois,
alors je raisonne par droit et griffonne des lettres de sang sur vos parois.
Le beat comme parloir, audition du fou par le roi,
ok, ce 16 est à revoir mais me relâcher, n'ai-je pas le droit?

Le formatage, ma hantise, je reste d'une humeur dark,
je ne suis qu'un mix de militantisme et de tape rucker park.
Eux, ils veulent qu'on se parque, chacun dans notre notre communauté,
moi, je veux qu'on se parle, qu'on ne recule pas pour mieux sauter.
Que l'amour se répande, que les bras des uns vers les autres s'étendent,
j'écris que même l'accolade de deux hommes, c'est tendre.
L'étendue de mon impact n'est certes pas mesurable,
Piloophaz/Trauma : juste une causette entre misérables.
Track Name: Je ne suis rien
Je ne suis rien, les bras baissés, un jour face au décès.
Mes textes, mes seuls biens, art d'essais de mon odyssée,
Démon au Colisée, addict de ce qui est alcoolisé,
Irresponsable comme au lycée, la mort, sa facture m'a lissé.
Sourire malicieux en coin, vaut-il mieux se tourner vers les cieux en vain,
Ou voir le vampirisme de l'homme et sortir le pieux au poing,
Ouvrir les yeux au point de pleurer pour un rien.
Pris dans le mÍme labyrinthe, on se bat chacun pour un coin.
Pour un peu que tu m'écoutes et que tu prennes ça pour un don,
J'émets des doutes, tu peux le faire, non ne me prends pas pour un con.
Le bonheur est une fable et la vie m'a rendu faible,
Tout comme toi je le blâme, pauvre ‚me attendant d'être rendue blême.
L'étendue du problème, c'est le mic qui me confère une certaine stature,
Mais apprends à me connaître, tu verras que la beauté de mes textes se rature,
Et ça sera dur d'être 100% d'accord,
Mais ça sera pur, ce qui me tient à coeur, être 100% hardcore.

Mon art est ancestral, un hip-hop sans ses strass,
Refusant les pieds d'estal, car je vaux rien sans ces scratchs.
Tu sais je suis censé me battre, malgré que le bien et le mal s'ébattent,
Ca ne mènerait à rien si je rappais sans ces backs.

Sandra, mes peurs, atténue, elle est mon Athena.
Mes potes me poussent à être teigneux, dans cette existence ténia.
T'es là rongé de l'intérieur, comme ton voisin de pallier,
Lorgnant d'un air malsain, le panier avant de sentir le besoin de rallier.
Une team, cette force ultime, ces équations multiples,
A l'heure où l'humanité se mutine, l'amour et l'amitié je cultive.
Je culmine les pieds sur une mine anti-personnel,
Et si j'y reste c'est que je peux pas dire que sur cette terre personne m'aime
Car ils ont le même fardeau à porter, les ailes de l'oisillon renié par sa portée,
plus un tas de rêves avortés.
Le vortex dans lequel on s'enlise est le même pour tous,
Gardons à l'esprit Dartagnan, Aramis, Athos, Portos,
Tout ça pour dire que certaines déceptions m'ont renforcé,
Loin de l'amicale contraception, j'ai moins peur de m'enfoncer.
Tous forcément identiques, la peine d'autrui me ronge
Toutes nos lacunes impliquent l'émulation des armures de bronze.
Track Name: Sauvage feat.BAZZAR - COME CRANEOS & LOCO RODRIGUEZ
Sauvage, en gros depuis que l'un de mes frères mourut dans l'enclos,
maintenant bro, je vois chaque anniversaire comme un an de trop.
Anthropolgue autodidacte sous l'influence de chimères,
esclave du tic tac, fils du vent ou danse ma crinière,

campagne et Ville minière, lieux que frôlent mes sabots,
mon encéphale, un champ de bataille que minèrent tous ces salauds.
Cet halo, qu'est l'écriture m'évita l'extinction,
m'invite à l'extraction et colle au mythe du nid de l'alcyon.

La leçon que j'en tire, c'est que tant de noirceurs dans mes lyrics
m'évite les rixes internes, et à terme mon être lévite dans une bulle si gentille.
Malgré ce que ces gens disent, non, je n'aime pas me lamenter,
mais sache qu'ici, quand on est heureux, on profite et on se tait.
Track Name: On joue aux missiles feat.CALAVERA
Je n ai jamais pris de coups et encore moins donné,
mais cette vie de chien m'a pris de court et très tôt m'a sonné.
Assommé par l'homme et sa foi, l'impact de sa connerie,
elle m'a sommé, élève la voix ou casse toi en laponie.
De bonimenteurs, cette race est faite,
en temps et en heure, trace et fais ta vie, s'il le faut écrase des têtes.
C'est peut-être hardcore, mais vois aussi la métaphore,
car j'implique moins le corps que le mental d'Emeka Okafor.
En force et à tout âge, les mecs arrivent pour tout cramer,
sous les vestes camouflages, peu de soldats, beaucoup de camés.
Armés de déraison, la rébellion comme point de suture,
funèbre oraison, pour tous ces cons appliquant le no-futur.
Se fut dur de se faire une place, coincé ligne de fond,
sois sûr que je ferai une passe à tous mes frères menant leur kiff de front.
Effronté, apolitique, pain de lyrics sur les côtes,
j'emmerde la droite et la gauche, leurs extrêmes, c'est des fafs comme les autres.
Ils se vautrent dans la suffisance et le besoin de friction,
Confondant résistance et esprit de contradiction.
Addiction, pour tant de drogues, trop de tolérance,
jour après jour mon entourage pue la morgue et augmente son taux d'errance,
Trop d'aisance dans la débauche, faut se sentir ivre,
qu'on sache que t'es auch, frotte ton cul ou ta bite pour te sentir libre.
Avec ou sans tirelire, une pauvreté mentale qui dans le temps se fige,
morts, clochards ou aigris à 30 piges.

Je n'ai confiance qu'en mon crew, ma famille, ma copine,
l'hypocrisie se condense, car beaucoup, par seul intérêt s'acoquine !
Sabotent l'hymne à l'amour qui mènera nos troupes à la guerre,
je suis pas là pour un showbusiness avec des gars qui sont tous dans la merde.
La verve reste intacte, à chaque track, deep impact,
avec le diable, signe un pacte , chaque frère, qui par jour, se vide un pack.
On vit dans le baaque à ordures, comme le commun des mortels,
et sous torture, on avoue tous être les clients du bordel !
Track Name: Mental scarifié feat.ARSA & MARSHALL'OMBRE
Se couper et se mordiller la lèvre,
se défoncer à s'en décoller la plèvre,
chacun aime qu'on le chauffe pour simuler la fièvre.
La feve est injecté de scianur, personne n'est roi ou reine,
survis, endures là ou reigne la peine, y'a des années que ca dure.
Ca durcit nos échanges, nausé de songes et rêves étranges,
notre âme éponges, bien trop de mensonges pour que la névrose les rende étanche.
Tangiblement nous régressons, motivés par l'argent et l'errection,
on s'entretue pendant qu'ils truquent leurs élections.
Votre culture de crucifix, sodomise les nouveaux nés,
pronne l'anorexi, et aime détruire tout ce qu'elle a pouponné.
Poudre au nez, amour et respect ? Ici c'est coke ou GHB,
meutres et viols glauques, allez retour en HP !
Pas de paix pour les peuples, génocide d'anti dépresseurs,
c'est palper ou squatter les pubs, l'alcool anéantit frères et soeurs.
L'essort du stress, un monde moderne et son modèle,
violence et sexe, suicide collectif saturant les fluxs de mon modem .
Track Name: Partout chez nous feat.COREON NT & WARWIK
Qu’est-ce qui est plus compliqué que de monter un néon en EMT?
C’est bien sûr, répliquer yes à la demande de feat de coréon NT.
Même tes baffles s’interrogent, PhazPiloo qu’est ce qu’il fout sur ce beat?
Notre amitié déroge au fait que ce moov soit fait de suces bites !
Ce bip années 80, NES ou NEO GEO,
nous unit tous, tels les chevaliers de bronze arrivés au Gémeau.
J’ai beau kiffer les pits punks et emmerder tous ces pitres crunks,
je me retrouve au mic en feat avec Alvin et les Chipmunks !
Il me manque rien, Warwick aux backs et ma rétine cobalt.
Colmate les fuites d’un style qui s’élargit, électronique cobaye.
Le baille que j’ai signé avec le rap sous-entend une douce estime
pour tous ses styles, d’où ce 16 lignes pour secouer le ring.
Sur le coup, destine chaque mimique au fun, je crache juste dans le microphone,
un paquet de phases floues que je dédicace aux fans.
Etant au flow ce que la balle est au gun, ton ouïe bougonne,
ne retiendra de ce style que sa finesse digne d’un Hulk Hogan.
Track Name: C'est tout ce qu'on sait faire
Plume et encrier, bombe de peinture & palette graphique,
art brut estampillé, artisanat & trafic.
affiné dans nos caves et home studio après le boulot,
dilatant élève studieux, gorge raclée par le pet et par le goulot.
comme Titus Poulo tranche une rotule, on pose sur nos sons, vidé
par la rédaction de notules, de cet amas de sombres idées
mais pas de nos idéaux, toi mÍme tu sais,
qu'à la source furieuse, est puisée l'eau qu'on aime à boire cul sec,
que tu pètes ta tirelire en montana ou MPC,
entre tes doigts, tout devient catana aiguisÈ pour blesser
les murs et leurs tympans, d'une esthétique crade et clinquante,
intentant procès sur procès à ceux dont les règles datent d'anciens temps.
cinglant est le constat, nos arts se prostituent en galeries, en majors,
y'a plus de combat, c'est pour les p'tits culs qu'on lève le majeur.
où sont les casse-cous, style Lee Major
pour qui est c'track casse-croûte, afin de garder le poing rageur?

Les punks appellent ça le DIY
mais ça fait des siècles qu'on mêne notre train-train sans l'aide du sytème qui a le rail.
les railleries sur notre manière de faire,
Frère qu'ils aillent se faire. . . ces Loyd & Harry,
c'est par la science de la rime que l'on y arrive, faut comprendre
que le taff t'y arrime, laisse les cons s'pendrent
et prendre la poudre d'escampette face aux échecs.
le mic n'est pas une question de compet' ou d'oser le check,
le chèque à chaque début de mois sort d'un vrai taff,
j'm'esclaffe quand j'en vois brûler les étapes, c'est de staff
tout entier que j'ai vu revenir blaser de la zik.
moi, mon son n'est pas à vendre, encore moins vendeur, c'est du basic,
le bout de plastic dans leur barre de powpow,
à l'écart des paires de bises et des paires de claques qui se perdent dans leurs bars de bobos.
lobotomisé, dés le départ j ai misé
sur l'instinct et le son hardcore qui m'a grisé.

On prend l'mic pour desserrer nos fers,
les bombes ou le mac pour égayer l'enfer,
représenter nos frères,
car c'est tout c'qu'on sait faire.